ma dolce vita

Gastronomie, histoires, etc. entre Parigi et Roma

samedi 7 juillet 2007

7/7/7: questions d'identité...

14833456

Voilà déjà quelque temps, Nonnapapera, Emilie et enfin KTY m'ont sollicitée, "taguée" pour révéler mes "7 vérités". Merci mesdames. En voilà donc un peu plus sur moi. A ma façon... ça tombe bien, j'avais envie de bavarder. D'une façon complètement inappropriée! Je vous préviens, ça risque d'être long, beaucoup trop long et pas du tout culinaire.

Le concept de "vérité" dans la blogosphère m'interpelle toujours beaucoup. Une page internet est-elle le reflet de la personne qui l'écrit? Beaucoup d'entre vous, qui ont franchi la frontière et organisé des rencontres auront envie de dire à l'unisson "Mais oui!... en vrai... comme sur son blog... encore mieux!... il/elle... génial... sympa.... super contact... on a tant de choses à se dire... pâte de pistache... échange de bonnes adresses... pique-nique géant... fève tonka... balades gourmandes... à refaire"  Bien sûr! Mais à part ça, sans vous déposséder de vos belles expériences, quelle image de nous s'affiche sur l'écran du blog?

Présenter son meilleur profil, transpirer la sympathie, ne jamais se départir de sa bonne humeur, tisser des liens sur la toile, ressentir de la proximité, partager une "passion commune" avec des visages et des voix inconnus, avoir le sentiment de l'amitié. J'ai souvent du mal à me reconnaître parmi les autres. Dans le réel comme dans le virtuel. Pourtant dans la vie, mon identité méditerranéenne profonde, au delà même de mes racines italiennes, fait de moi une personne sociale, ouverte, volubile. Mais j'ai besoin de temps pour aller au delà de cette sociabilité de surface.

14919638
(Détail tombeau, Musée national romain, Massimo Alle Terme, Rome)

A un moment donné, l'illusion engendrée par le virtuel du blog, micro-sphère excessivement idéalisée, craque sous la pression des rapports sociaux. Ils nous rattrapent, ici aussi. Le désir humain d'appartenir au "groupe" et les aspirations à être reconnu, apprécié, aimé, mènent facilement à la surchenchère. De toutes sortes. Et puis il y a aussi des formes d'inégalités, des différences qui sont vécues comme des injustices: on est si facilement happé par les contraintes auxquelles la société "réelle" nous confronte. L'écran nous fédère et l'écran nous éloigne. Nous éloigne des formes. La forme de dire les choses. Moi, je parle avec les mains, les yeux, le sourire. Il y a des choses qui ne peuvent se dire à l'écrit. La conversation n'est que partielle.

Je ne suis pas douée pour suivre les tendances et les codes. A tort ou à raison, mon instinct m'y rend réfractaire. Même si cela frôle la caricature, dans une époque où chacun revendique son individualité, affirme sa "personnalité" au leitmotiv de "je suis unique", "reste comme tu es!", je le dis tout net: je cultive ma liberté. Tous différents, mais tous différents de la même façon, voilà la plaie. Je me méfie des mouvements, des courants. Je ne nie pas leur intérêt. Mais personnellement, je ne parviens à me reconnaître dans aucune catégorie. Cette posture n'est pas la plus simple à tenir. Sur la route, alors qu'on ne demande rien à personne, les jugements sont légion, comme les a priori. Surtout quand on n'a pas forcément envie de se justifier. Ou qu'en face de soi, on rencontre des êtres qui ne comprennent pas, ou ne souhaitent pas comprendre. La tolérance, voire l'empathie (soyons fous...) ne sont pas des qualités courantes. Mais est-ce que ça empêche d'avancer pour autant?

J'ai des colères démesurées. Sur des sujets parfois tellement secondaires, que ces poussées de rage semblent bien superflues. De l'énergie dépensée inutilement. Et pourtant. En matière culinaire, puisque c'est notre propos, je déplore le carcan de certains mots. Gastronomie, goût... comment les définissez-vous, vous? Parfois, je me demande si certains snobismes, signes extérieurs d'une étroitesse mentale caractérisée, ne conduisent pas à la définition d'un "gastronomiquement correct" qui exclut toute autre forme d'expression. Sous peine de passer pour une andouille. Une courge. Une dinde. Une désossée. Une mal dégrossie. Ai-je mauvais goût? suis-je à la page culinaire? Oui, non, je ne sais pas. Comme avec ces personnes qui vous jugent sur la marque de vos vêtements ou le prix de votre sac à main, je n'arrive pas à composer. Que voulez-vous...

14920128
(Détail plafond loggia, Palazzo Altemps, Rome)

Voilà un an que j'écris Ma Dolce vita. Dans la "vraie" vie, je suis journaliste. Je travaille et j'écris sur des sujets qui n'ont rien à voir avec la cuisine. Mais vraiment rien. (Et j'adore ça.) Il y a peu de temps, j'ai eu quelques contributions dans le domaine culinaire : ces cerises sur le gâteau sont autant de brèves respirations qui répondent à ma soif d'éclectisme. Je suis curieuse, j'absorbe, j'aime apprendre. Je ne me conçois pas comme un être fini. Je chemine.

Ce que j'écris ici est un fragment. Je regrette de ne pas avoir le temps de m'y consacrer davantage. Mais je m'efforce de le faire quand même, de donner du sens à tout ça. Pour que ça ressemble petit à petit à ce que j'ai en tête... Même si, pour l'instant, je garde en bouche le goût de l'inachevé. Il y a des creux, des failles ici. Des non-dits, parce qu'il m'est impossible d'expliquer trop, alors que parfois il suffirait juste d'en dire un peu plus. Un blog, c'est une représentation partielle de soi, une fiction imprégnée du réel. Une histoire. Les histoires me fascinent, elles me nourrissent. Les histoires des peuples, des sociétés, des cultures, des coutumes, des autres. Vos histoires. Et puis vivre aussi les miennes. Un jour, j'aimerai vous faire asseoir dans ma cuisine à Rome, vous offrir un espresso, et puis vous expliquer pourquoi je suis là. Vous regarder avec cet oeil-là et vous raconter quel paysage s'y reflète.

Photos de mon oeil (entre autres) et texte à rallonge complètement inapproprié (qui l'a lu?) de Peggy Picot
Tous droits réservés ©

Posté par peggypicot à 07:07 - De tout et de rien - Commentaires [36] - Permalien [#]

Commentaires

    Dans une situation similaire entre Londres et Paris, mon activité professionnelle ne me laisse pas beaucoup le temps de profiter pleinement de tout le reste. Le blog est une façon finalement assez plaisante d’imprimer des bouts de plaisirs brefs et choisis que l’on aimerait partager et prolonger dans le temps. Pour moi il y a l’avant et l’après Blog. Avant j’effleurai des plaisirs trop courts, maintenant je peux les prolonger, les déguster et pourquoi pas m’y évader entre 2 journées trop concentrées en obligations professionnelles (dont pourtant je ne pourrais me passer)

    Posté par Rita, mercredi 17 octobre 2007 à 10:45
  • belle photo d'un bel oeil... j'ai déjà tenté de photographier le mien, mais le résultat est toujours flou
    Beau texte aussi, le fait que tu sois journaliste ne m'etonne donc pas...
    Bonne journée !

    Posté par clairel, samedi 7 juillet 2007 à 07:39
  • Je l'ai lu... je m'y suis reconnue... tout cela est si vrai et si bien dit... j'y retourne !

    Posté par aurélie, samedi 7 juillet 2007 à 08:04
  • je t 'ai lu avec un grand plaisir avec une aussi jolie plume tu conquis tes lecteurs!

    Posté par gourmandebleue, samedi 7 juillet 2007 à 08:14
  • Photos toujours aussi belles...
    Dans mon dernier message (sur mon blog) j'expliquai que si je me permettais si "souvent" (entre guillemets parce que ça n'est peut-être pas si fréquent que ça... j'espère !) de râler, c'était parce que le blog me permettait une prise de recul, une distanciation par rapport à moi, à mon caractère, à ma vie, etc. Ce qui favorise la dédramatisation. J'utilise l'expression de "mise en scène" : de sa vie, de soi... Et je crois que ta conclusion exprime très simplement et clairement cette idée : les blogs, ce sont des histoires que l'on choisit de raconter aux autres. A mon avis le blog n'est pas un reflet de notre personnalité, mais plutôt une scène sur laquelle on parvient, grâce à l'anonymat et au format même du blog, à ne montrer que ce que l'on souhaite. Quoiqu'il arrive aussi que certains laissent transpirer un peu de vrai. Et je crois qu'au final, que le blog soit un "théâtre" où le bloggueur joue, ou un simple "livre de recettes", on parvient à cerner un peu les gens. Mais certainement pas dans leur totalité. Car tout cela reste un jeu, une "histoire" ;o)
    Je suis bien contente que tu aies répondu de cette manière au "tag". Merci !!

    Posté par émilie, samedi 7 juillet 2007 à 08:22
  • Encore une fois tu as complètement raison.

    Je revendique le fait que l'on ne puisse ni me connaitre ni même me reconnaitre à travers mon blog. Certes on y distille tous des infos, discrètement, entre les lignes, mais toujours savament choisies pour refleter ce que l'on veut refleter... si loin des réactions spontannées de la "vraie vie"...

    Un jeu.
    Une comédie.
    Une mascarade.

    Et parfois l'enthousiasme des rencontre m'étonne: ce n'est pas parceque l'on partage la même passion que l'on va forcément bien s'entendre... personnellement j'ai plus ou moins de feeling avec les personnes que j'ai rencontrées.

    Posté par loukoum°°°, samedi 7 juillet 2007 à 10:13
  • j'aimerais beaucoup être de ceux qui auront peut être un jour la chance ou l'opportunité de s'asseoir dans ta cuisine à Rome, autour de ton expresso...

    Posté par alhya, samedi 7 juillet 2007 à 10:26
  • oui, j'ai lu, comme à chacun de tes billets, j'ai apprecié avalé et digeré.
    Mon blog est comme un journal intime, mes reflexions, mes idées sur la vi, sur MA vie.
    Bien sur, c'est une facette de moi, de ma vie, il y en a d'autres, mais je pense être sincére et je ne triche pas avec vous, vous tous!

    Posté par mcc, samedi 7 juillet 2007 à 10:35
  • Le détail du tombeau est vraiment très chouette.

    Tant de lucidité si clairement exprimée, c'est très revigorant de sentir cette onde d'intelligence!
    Parfois, j'ai l'impression que la blogosphère culinaire va imploser: certaines se prennent très au sérieux, l'absence de recul, la surenchère du produit tendance cuisiné n'importe comment etc. Mais, tes billets et certaines rencontres me font espérer qu'elle ne va pas disparaître comme cela!

    Posté par patoumi, samedi 7 juillet 2007 à 11:08
  • C'est si vrai! Garder une part de mystère ...

    Posté par Vinciane, samedi 7 juillet 2007 à 12:13
  • Arrivée par l'intermédiaire d'une blogueuse ici...
    Je fais en ce moment un travail sur les blogs...je viens de poser des questions sur l'anonymat et les billets qui révèlent ou non le "personnel"
    Ton billet du jour m'intéresse beaucoup, forcément...!
    Je ne suis pas une blogueuse culminaire, mais une blogueuse littéraire...
    Et je constate que nous avons cependant les mêmes questionnements

    Posté par Coumarine, samedi 7 juillet 2007 à 22:38
  • à lire: culinaire (et non pas culminaire!!!)

    Posté par Coumarine, samedi 7 juillet 2007 à 22:39
  • Je l'ai lu et je trouve que tu as tout à fait raison...sans ajout.

    Posté par Hilda, dimanche 8 juillet 2007 à 00:32
  • Il y a tant de justesse et de sensibilité dans ton billet, c'est presque intimidant.

    Posté par Kate, dimanche 8 juillet 2007 à 00:42
  • Des mots justes. Si bien exprimés.

    Posté par $ha, dimanche 8 juillet 2007 à 02:56
  • ...
    Heureusement que tu es comme tu es et que nous sommes comme nous sommes, sinon ce serait bien triste.
    Alors merci pour ces mots justes qui donnent terriblement envie d'une chose : ne pas craindre de s'affirmer toujours plus.
    Bises,
    g.

    Posté par g., dimanche 8 juillet 2007 à 05:28
  • mais oui j'ai tout lu, tout apprécié, tout approuvé ! la tolérance est une clé indispensable, et la sincérité aussi ....

    Posté par mercotte, dimanche 8 juillet 2007 à 07:36
  • Je trouve ton billet intelligent et intéressant. C'est bien vrai que même jusque dans ce microcosme (qui devient moins micro chaque jour) des tendances et des modes sévissent! L'important bien sûr, c'est de pouvoir prendre distance, et de ne pas foncer tête baissée pour suivre à tout prix telle ou telle vague qui nous apportera reconnaissance, approbation et lecteurs nombreux. Je t'approuve tout à fait, un blog n'est pas le vrai reflet de la personne qui le fait vivre. C'est un reflet partiel, choisi,sélectif en quelque sorte... Une mise en scène, comme le dit si justement Emilie. C'est du moins le cas pour moi. J'essaie par contre de rester vraie. Choisir n'est pas mentir, je l'espère... Pour avoir participé à plusieurs rencontres de blogueurs/euses, je suis entièrement d'accord avec Loukoum: en ceci comme en tout, les affinités sont électives. La passion de la cuisine n'efface pas, et c'est heureux, les personnalités, et n'a pas le pouvoir de créer des atomes crochus là où ils ne naîtraient pas sous d'autres auspices. Tout au plus fournit-elle quelques outils pour briser la glace; une fois cette étape franchie, la vie réelle nous rattrape. Comme Loukoum a raison! Je ne me suis pas entendue avec tous de la même façon; certaines rencontres furent merveilleuses et, je l'espère, renouvelées; d'autres furent plus passagères ou anecdotiques... La culinosphère n'est pas une race à part, ce sont des femmes (et quelques hommes!) avec leurs spécificités, leurs caractères, leurs qualités et leurs défauts; inutile d'espérer tisser des liens forts avec tous.
    Je vois que ta prose a généré beaucoup de commentaires plus ou moins longs, cela me rassure sur la longueur du mien! Merci de nous avoir invité(e)s à cette réflexion.

    Posté par Claire, dimanche 8 juillet 2007 à 10:33
  • Que c'est joliment écrit

    Posté par Papilles&Pupille, dimanche 8 juillet 2007 à 12:50
  • occhio verde

    Si les yeux sont " le reflet de l'âme "
    j'aime ! ce que je vois dans le tien !
    merci d'être là

    Posté par dany, dimanche 8 juillet 2007 à 13:06
  • Encore un très joli billet tout en justesse et sensibilité!

    Posté par mayaccok, dimanche 8 juillet 2007 à 13:58
  • Merci avant tout de vos commentaires, je ne savais pas comment serait accueilli ce billet, cela me fait très plaisir... MERCI

    Claire: photographier son oeil c'est pas le plus facile, mais on y arrive
    Aurélie: merci beaucoup, reviens quand tu veux
    Gourmandedebleue: c'est un joli compliment, je t'en remercie!
    Emilie: merci à toi de m'avoir conviée à l'excercice; je ne sais pas si on choisit tant que ça ce que l'on montre de nous, il y a des choses qui nous échappent aussi
    Loukoum: merci pour ta sensibilité
    Alhya: quand tu veux, turtle
    MCC: merci de me lire! je ne sais pas si on peut tricher vraiment sur un blog
    Patoumi: heureuse que la photo te plaise, elle m'a semblée très appropriée, hihi
    Vinciane: ah le mystère!!!!
    Courmarine: ton lapsus est fort joli "blog culminaire" c'est très littéraire, non?
    Hilda: merci à toi!
    Kate: intimidant? too much?
    Sha: merci!
    G.: je trouve très touchant ce que tu m'écris, grazie mille...
    Mercotte: merci de tous ces petits mots si gentils que tu me laisses si souvent...
    Claire: ton long commentaire est fort intéressant, j'apprécie que l'on puisse confronter nos expériences
    Papille: merci et bonjour à Bordeaux (pense à moi si tu passes rue Margaux )
    Dany: grazie mille, è molto gentile!
    Maya: merci à toi de me lire!

    Posté par peggy, dimanche 8 juillet 2007 à 18:07
  • Ah ce fameux oeil......la photo est vraiment superbe !!!! comme tout le reste dans ce billet ! Biz

    Posté par Claude-Olivier, dimanche 8 juillet 2007 à 19:58
  • Bien sur que j'ai tout lu, et j'aurais meme aime que ce soit un peu plus long...

    Posté par MarieSouricette, dimanche 8 juillet 2007 à 23:12
  • Peggy, tu m'as touché en plein coeur en te lisant. Quelle formidable plume, quel talent, quelle sensibilité intelligente. Je me suis reconnue dans certaines de tes phrases
    "J'ai souvent du mal à me reconnaître parmi les autres... je cultive ma liberté... Je ne me conçois pas comme un être fini. Je chemine." C'est certainement pour toutes ces raisons que j'aime ton blog. Tu es à part, c'est certain, et tu le retranscris simplement, modestement sans te rendre élitiste pour autant, une différence assumée en quelque sorte, bravo

    Posté par Lilo, lundi 9 juillet 2007 à 00:19
  • Si c'es ton oeil, "t'as de beaux yeux tu sais...;!!!!"
    Oui oui j'ai tout lu, du moins tout dévoré, un vrai plaisir!

    Posté par auré, lundi 9 juillet 2007 à 08:44
  • c'était pas long du tout au contraire même. Je pense que seuls ceux qui nous connaissent (en vrai) apprennent beaucoup en nous lisant, en découvrant nos recettes et nos photos. Sur notre humeur, nos ressentis. Pour les autres, peut-être n'ont ils pas les clés pour décrypter. Enfin c'est le sentiment que j'ai...
    Merci pour cette lecture...
    Audrey

    Posté par Mets aventures, lundi 9 juillet 2007 à 11:39
  • quelle plume pour exprimer tant de vérités! tout est justement dit. et tes photos sont très belles...

    Posté par Mirabelle, lundi 9 juillet 2007 à 22:32
  • C'est très bien dit...
    S'il est vrai qu'on essaie de présenter son meilleur profil, je ne me sens pas obligée d'être de bonne humeur tout le temps sur mon blog. Et alors ? Ce qui prime, c'est bien la liberté de ton, d'expression, non ?
    Quant aux modes, ça ne me dérange pas d'être une "kitchen plouc" et de ne pas suivre les tendances. Bref, je fais et j'écris ce qui me plaît.
    Ne change rien. Continue comme ça.

    Posté par mingoumango, mardi 10 juillet 2007 à 13:15
  • Que dire aprés t'avoir lu , disséqué dans le fond e l'oeil ...?
    aprés réfléxion et c'est bien là le but n'est ce pas de ton billet c'est que nous nous exposons , dévoilons ou cachons beaucoup de nous au travers de nos "tambouilles" nous y cuisinons notre âme , partageons nos envies , nos désirs , donnons un peu beaucoup parfois rien du tout (vide ?) souvent avec l'envie d'être aimé , lus mais que savons nous de nous toutes réellement ?
    entre esthétisme , froideur , chaleur , don de soi , plagiat , démesure ou petitesse ...amitié vituelle ou animosité sans raison , reflet de notre société en mal de profondeur ? ce sont de belles réflexions que tu nous offre là , à venir ou en devenir ....
    garance

    Posté par garance, mardi 10 juillet 2007 à 17:59
  • Bien sûr que j'ai lu, dévoré, même,ton texte pas si long et totalement juste.
    Commes d'autres, je me suis beaucoup reconnue dans ce que tu écris, et ai souvent opiné du chef..
    C'est vrai que les petites omissions, au fil du temps, finissent par sonner comme un vrai mensonge à nos propres oreilles. L'important est d'en être conscient, de ne pas se mentir, et de se rappeler que rien de tout ceci n'est très grave, ni très sérieux...
    Merci pour ce post

    Posté par Véro, mardi 10 juillet 2007 à 20:09
  • Bien sûr qu'on lite, de bout en bout, je partage en partie ton "analyse" mais je me sens beaucoup plus dégagée que toi, décontractée... En revanche je rejoins l'éclectique et la curieuse (parfois trop..) Voici bien 2 qualificatifs qui me correspondent aussi !
    Et le blog est bien une partie de nous, infime mais sincère pour la plupart d'entre nous...

    Posté par Tiuscha, mercredi 11 juillet 2007 à 21:42
  • Tolérance et curiosité voilà ce vers quoi je tends depuis des années, bien contente de savoir que je ne suis pas seule. Justement ce côté parfois béni oui-oui de cette blogosphère commençait à me tartir et là ton rafraîchissant billet; allez si en plus tu m'offres un café dans ta cuisine tout baigne! J'pourrai avoir un verre d'eau je ne bois plus de café, merci
    Anne

    Posté par Chambiers, lundi 16 juillet 2007 à 14:32
  • J'aime beaucoup ce que tu écris, et j'aime beaucoup ton blog et ce qu'il reflète de toi.

    Posté par JvH, mardi 17 juillet 2007 à 15:47
  • Quelle justesse. J'entends parlé de ce billets depuis plusieurs jours, outre-atlantique. Et enfin, je suis de retour pour le lire et l'apprécier.

    Avant de partir en voyage, j'avais fait une réflexion semblable quant au fait qu'il n'est pas possible de tout transmettre avec le blog.

    J'ai fait de très nombreuses rencontres, comme tu le sais, et toutes n'ont pas eu le même effet. Certaines sont plus significatives que d'autres.

    Impossible aussi de s'entendre à merveille avec tout le monde... Mais quand c'est le cas avec quelques personnes, ça vaut vraiment la peine de s'être un peu plus dévoilée en vrai.

    Posté par Ninnie, mercredi 18 juillet 2007 à 01:14
  • Et dire que, dans la torpeur estivale, ce billet a failli m'échapper ! Je commente rarement mais je suis fan et totalement d'accord sur la GGGGGGastronomie et les a priori qu'elle génère.

    Posté par Anaik, mardi 21 août 2007 à 23:13

Poster un commentaire